Communiqué de presse: Une étape importante pour la prise en charge psychothérapeutique est à portée de main

Politique professionnelle
Communiqués de presse
Psychothérapie
Fédération
En ouvrant la procédure de consultation sur l’introduction du modèle de la prescription, le Conseil fédéral tient une ancienne promesse. Les psychothérapeutes saluent cette décision. Une étape importante pour l’amélioration de la prise en charge psychothérapeutique est ainsi à portée de main.

Le Conseil fédéral a ouvert aujourd’hui la procédure de consultation sur le modèle de la prescription pour la psychothérapie psychologique. Il propose que les psychothérapies effectuées par des psy-chologues-psychothérapeutes soient à l’avenir remboursées par l’assurance de base, à condition d’avoir été prescrites par un médecin. Pour l’instant, l’assurance de base ne prend en charge ces coûts que si le psychothérapeute fournit sa prestation sous la supervision d’un médecin. Le passage du modèle de la délégation actuellement en vigueur à celui de la prescription se fait attendre depuis longtemps.

Eliminer les obstacles

«Le passage au modèle de la prescription permet d’éliminer un obstacle qui, jusqu’à présent, empê-chait de nombreuses personnes d’accéder à la psychothérapie ambulatoire», déclare Yvik Adler, co-présidente de la Fédération Suisse des Psychologues (FSP). Dans le modèle actuel de la délégation, les personnes qui ne peuvent pas payer elles-mêmes l’essentiel de leur thérapie se voient confron-tées à de longs délais d’attente. Ce qui a de lourdes conséquences. Non seulement pour les per-sonnes concernées, mais aussi pour la société. «Lorsque les problèmes psychiques ne sont pas trai-tés à temps, il en résulte des souffrances chroniques et des séjours hospitaliers très coûteux. À cela s’ajoutent des arrêts de travail qui représentent des milliards de francs à la charge de l’économie», indique Gabriela Rüttimann, présidente de l’Association Suisse des Psychothérapeutes (ASP).

Chose promise, chose due

Christoph Adrian Schneider, président de l’Association Professionnelle Suisse de Psychologie Appli-quée (SBAP) se réjouit également de l’ouverture de la consultation: «Nous l’attendions depuis long-temps. Le Conseil fédéral a constaté à plusieurs reprises que le système actuel n’était plus approprié et qu’il devait être changé.» Rien qu’au cours de l’année passée, cinq conseillers nationaux différents ont soumis au total dix interpellations sur le sujet. Dans ses réponses, le Conseil fédéral s’est maintes fois engagé à prendre des mesures. À présent, il tient sa promesse, répondant aussi au souhait de la population suisse. De novembre 2018 à mars 2019, près de 100 000 personnes ont signé la pétition «Eliminer les obstacles – garantir la prise en charge des maladies psychiques», qui demandait le rem-placement du modèle de la délégation par celui de la prescription.

Tous les médecins doivent être habilités à prescrire

Les associations de psychologues FSP, ASP et SBAP vont maintenant se mobiliser pour que la modifi-cation proposée de l’ordonnance entre rapidement en vigueur. Il est important de pouvoir faciliter au maximum l’accès à la psychothérapie ambulatoire. «La nouvelle ordonnance ne doit pas créer de nouveaux obstacles. Ce serait catastrophique pour les personnes concernées», explique Stephan Wenger, coprésident de la FSP.

Informations complémentaires:

Service de presse de la FSP, 031 388 88 48, media [at] fsp.psychologie.ch

Commentaires

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Each email address will be obfuscated in a human readable fashion or, if JavaScript is enabled, replaced with a spam resistent clickable link. Email addresses will get the default web form unless specified. If replacement text (a persons name) is required a webform is also required. Separate each part with the "|" pipe symbol. Replace spaces in names with "_".