Dépression et troubles anxieux - Une forte augmentation

Recherche
Fédération
La pandémie pèse sur le moral. La célèbre revue médicale The Lancet publie les chiffres d’une étude à grande échelle qui le démontre clairement.

Depuis 2020, les maladies psychiques comme les troubles anxieux et les dépressions ont augmenté d’environ 25 %. Ainsi, du fait de la pandémie de Covid-19, plus de 50 millions de personnes supplémentaires ont été diagnostiquées comme souffrant de dépression, et près de 80 millions comme souffrant de troubles anxieux. Déjà avant la crise sanitaire, ces deux pathologies faisaient partie des causes principales de maladie.

Pour leur étude, les auteurs ont passé en revue des banques de données comme PubMed ou Google Scholar. Ils ont en outre consulté de la littérature dite « grise », c’est-à-dire des prépublications, des documents internes, des rapports de conférence ou des travaux non publiés, et interrogé des experts. Parmi les 5683 sources de données, 48 remplissaient les critères d’inclusion pour les dépressions, 27 pour les troubles anxieux. Les résultats révèlent que les taux de contamination et les restrictions en matière de mobilité ont eu l’impact le plus fort sur l’évolution des maladies étudiées. Les femmes et les jeunes sont plus affectés que les hommes et les personnes âgées. D’après les estimations, le taux d’incidence des dépressions a augmenté de 27,6 % dans le monde, ce qui correspond à 3152,9 cas pour 100 000 habitants. Pour les troubles anxieux, la hausse est de 25,6 %, soit 4802,4 cas pour 100 000 habitants. Ils n’ont cependant pas constaté d’accroissement des suicides.

Pour les scientifiques, ces résultats signifient qu’il faudrait accorder davantage d’attention aux conséquences indirectes de la pandémie. Ils demandent des stratégies pour résoudre le problème et formulent des propositions concrètes à cet effet. 

Afin de remédier à l’atteinte plus marquée des femmes, l’équipe de recherche prône des interventions dans le domaine de l’école à la maison notamment, où les mères assument encore généralement la charge la plus importante. Des mesures pour lutter contre la violence domestique sont un autre facteur essentiel, celle-ci ayant augmenté pendant la pandémie. En ce qui concerne les jeunes, les scientifiques soulignent le fait que ceux-ci sont plus souvent touchés par le chômage et que des programmes de soutien pourraient alléger la pression.

Covid-19 Mental Disorders Collaborators. (2021). Global prevalence and burden of depressive and anxiety disorders in 204 countries and territories in 2020 due to the Covid-19 pandemic. The Lancet, 398(10312) doi: 10.1016/S0140-6736(21)02143-7

Commentaires

Ajouter un commentaire