Il est à croquer !

Aurélie Faesch-Despont
Recherche
Fédération
Certains humains ressentent le besoin de pincer, écraser ou serrer très fort toutes les créatures qui leur paraissent trop mignonnes.

Des chercheuses de l’Université de Californie ont montré que cette « agressivité » concerne des personnes davantage submergées par leurs émotions. L’agression interviendrait alors pour contrebalancer un trop-plein de tendresse qui pourrait se révéler contreproductif.

 

Etude:

Stavropoulos, K. K. M., & Alba, L. A. (2018). ’It’s so cute I could crush it!’: Understanding neural mechanisms of cute aggression. Frontiers in Behavioral Neuroscience, 12. doi : 10.3389/fnbeh.2018.00300