La FSP dépasse la barre des 8000 membres

Aurélie Faesch-Despont
Fédération
Depuis sa création en 1987, le nombre de membres la FSP n’a cessé d’augmenter d’année en année. Yousra Benkortbi est la 8000e adhérente. Interview.

En tant que 8000e adhérente à la FSP, Yousra Benkortbi a reçu un an d’adhésion gratuite en cadeau. Jeune diplômée de l’Université de Lausanne, la jeune femme partage ses motivations à exercer le métier de psychologue et à devenir membre de la FSP. 

Comment avez-vous choisi de devenir psychologue?
J'ai toujours été intéressée par le comportement humain et les neurosciences. Je ressentais un besoin de comprendre certains comportements qui relèvent du quotidien, de ma propre histoire ou de l'histoire de l'humanité. J'ai effectué ma scolarité obligatoire et mes études gymnasiales en économie et droit. Je n'étais donc, en premier lieu, pas prédestinée à être psychologue. En parcourant les différents cours obligatoires et optionnels du bachelor en psychologie de l’Université de Genève (UNIGE), j'ai pu constater qu'il s'agissait d'un cursus scientifique, et j'ai été surprise en bien par la multitude de cours incluant les statistiques et la recherche expérimentale. La psychologie introduit un rapport à la réalité multi-dimensionnel.

Quelle orientation avez-vous choisie?
Après mon bachelor en psychologie à l'UNIGE, j'ai choisi le master en psychologie clinique et psychopathologie de l’Université de Lausanne (UNIL). J'ai eu l'opportunité d'effectuer mon stage pré-grade en psychogériatrie au CHUV. Cette dernière expérience, alliant savoir-faire et savoir-être propre au métier de psychologue, a raffermi mon envie de devenir psychologue-psychothérapeute. Actuellement, je suis assistante diplômée à l'UNIL. J'effectue un soutien à l'enseignement pour des cours de master en psychologie clinique et de bachelor. Dans quelques jours, je rejoindrai un cabinet de psychothérapie, ce qui me permettra d'effectuer en parallèle la formation postgrade de psychothérapeute.  

Pourquoi avez-vous choisi d’adhérer à la FSP et qu’attendez-vous d’elle?
Après l’obtention de mon master, je me suis inscrite à la FSP ainsi qu'à l'Association vaudoise des psychologues (AVP). Ces deux associations regroupent des informations précieuses pour les nouveaux psychologues et contiennent des ressources utiles pour les membres: offres d'emploi, aide juridique, informations sur la délégation, les différentes formations, etc. J’attends de la FSP qu’elle continue à soutenir le modèle de la prescription pour les psychologues-psychothérapeutes. Il est important pour les psychologues suisses d'être bien représentés lors des débats politiques. Mais je souhaite aussi qu’elle continue à nous informer de la mise en place des nouvelles réglementations pour les psychologues. La FSP me permet d'être à jour sur ces actualités. 

Que souhaitez-vous pour le futur de la psychologie?
L'évolution de la société continuera à amener de nouveaux questionnements et de nouveaux champs d'étude pour la psychologie. Je dirais que le futur de la psychologie pourrait être l'ajout de nouveaux miroirs au kaléidoscope que nous obtenons à la fin de notre formation, afin de toujours mieux appréhender la réalité complexe de l'être humain. J'aime bien cette métaphore qui réconcilie à la fois un aspect permanent et changeant de l'identité.

 

Commentaires

Ajouter un commentaire