La journée mondiale de la santé psychique et l’urgence d’éliminer les obstacles

Politique professionnelle
Communiqués de presse
Psychothérapie
Fédération
En période de crise, la santé psychique est particulièrement mise à mal. Il est donc d’autant plus important d’améliorer la prise en charge existante et d’éliminer les entraves à l’accès aux soins. La psychothérapie ambulatoire doit être accessible à tous et elle doit être financée par l’assurance de base si elle est prescrite par un médecin. Le Conseil fédéral doit adopter la modification d’ordonnance requise au plus vite. L’introduction du modèle de la prescription pour la psychothérapie effectuée par des psychologues permettra d’éviter beaucoup de souffrance, mais aussi d’importants coûts économiques.

La journée mondiale de la santé psychique, qui se tiendra le 10 octobre, s’inscrira cette année dans un contexte particulier. Ces derniers mois, la pandémie de Covid-19 a profondément bouleversé nos modes de vie. Cette pandémie et les mesures de lutte contre la propagation du virus ont un impact sur notre santé psychique. Les personnes qui souffraient déjà de troubles psychiques avant que la pandémie n’éclate sont particulièrement vulnérables. Leurs symptômes se sont souvent amplifiés et aggravés ces derniers mois.

À cela s’ajoutent les conséquences économiques de la crise et du confinement. Bon nombre d’entreprises ont dû et doivent toujours prendre des mesures d’économie, ont recours au chômage partiel ou ont même dû licencier du personnel. Pour certains indépendants, la question est tout simplement de survivre à la crise. Ces répercussions économiques ne sont pas sans conséquence pour la santé mentale. L’expérience tirée des crises économiques passées l’a montré: de plus en plus de personnes auront besoin d’un soutien psychologique et psychosocial au cours des semaines et des mois à venir. Ceci alors que, selon une étude publiée en juin dernier, en Suisse, environ 400 000 personnes souffrent chaque année de troubles psychiques nécessitant un traitement, sans être prises en charge.  

De longs délais d’attente impliquent des coûts élevés

Cela montre combien il est important d’éliminer les obstacles à l’accès à la psychothérapie ambulatoire. À ce jour, les psychothérapies ambulatoires ne sont prises en charge par l’assurance de base que si elles sont effectuées par un-e psychiatre ou par un-e psychologue spécialiste en psychothérapie embauché-e par un médecin. Ce modèle de psychothérapie dite «déléguée» restreint énormément l’offre de places de psychothérapie financées par l’assurance de base et entraîne de longs délais d’attente. Il en résulte une évolution chronique des troubles psychiques, de coûteux séjours stationnaires en clinique et des arrêts de travail, qui pourraient être évités.

Par conséquent, le modèle de la psychothérapie déléguée doit être remplacé par le modèle de la prescription. Ce modèle prévoit la prise en charge par l’assurance de base des psychothérapies effectuées par des psychologues indépendant-e-s lorsqu’elles sont prescrites par un médecin. «Le modèle de la prescription assure l’égalité des chances dans le domaine de la santé psychique. Celui de la délégation est injuste, car les patientes et les patients qui n’ont pas les moyens de financer eux-mêmes leur psychothérapie restent bien trop souvent et trop longtemps sur la touche», déclare Yvik Adler, co-présidente de la Fédération Suisse des Psychologues (FSP).

La balle est dans le camp du Conseil fédéral

La modification d’ordonnance nécessaire à l’introduction du modèle de la prescription a été présentée à l’été 2019. La procédure de consultation à ce sujet est quant à elle terminée depuis octobre 2019. De nombreux acteurs s’accordent à dire que le modèle de la prescription doit être mis en place. Par ailleurs, les Commissions de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national et du Conseil des États ont récemment affirmé être favorables à ce nouveau modèle. La balle est aujourd’hui dans le camp du Conseil fédéral, qui doit prendre sa décision. À quelques jours seulement de la journée mondiale de la santé psychique et dans une période où les personnes qui souffrent de troubles psychiques sont particulièrement vulnérables, c’est plus que jamais le moment d’agir.

Informations complémentaires:

Commentaires

Ajouter un commentaire