L’AD admet une nouvelle association affiliée et approuve le rapport annuel

Fédération
L’Assemblée des Délégués (AD) de la FSP du 5 septembre 2020 à Soleure a admis l’Association suisse de psychologie des addictions (APS) comme nouvelle association affiliée. Elle a en outre approuvé à l’unanimité le rapport annuel 2019.

L’Assemblée des Délégués de la FSP a admis l’Association suisse de psychologie des addictions (APS) avec grand enthousiasme et beaucoup d’applaudissements. La FSP gagne ainsi, dans un domaine très important, une nouvelle association professionnelle au sein de laquelle les spécialistes de l’addiction peuvent échanger et se constituer un réseau.

Mais les principaux thèmes à l’ordre du jour de l’AD, qui s’est tenue plus tard que d’habitude en raison de la pandémie de coronavirus, ont été le rapport annuel et les comptes annuels 2019. Les comptes affichent un excédent de recettes de 726 060 CHF. Néanmoins, comme le membre du Comité Hanspeter Gubelmann l’a souligné, cet excédent est dû en grande partie à la bonne performance du capital de placement. Très dépendant de l’évolution sur les marchés financiers, ce résultat est donc extrêmement volatil. Dans l’ensemble, on peut cependant dire que la FSP présente une situation financière très solide et que l’année 2019 s’est bien déroulée. Les Délégués ont approuvé à l’unanimité le rapport annuel et les comptes annuels 2019.

Nouveaux membres dans les commissions

Dania Schiftan, psychothérapeute à Zurich, a été élue présidente de la Commission de formation (CF). Le Comité a vivement remercié son prédécesseur André Widmer, qui n’a pas pu participer à l’Assemblée, pour les services rendus au cours des nombreuses années. Pour remplacer Barbara Bailey et Eric Francescotti, qui se sont retirés de la Commission de déontologie (CDD), l’AD a élu Gianandrea Pallich et Olivier Schmid, dont les candidatures avaient été promues par les associations affiliées ZÜPP et SASP. La CG accueille également un nouveau membre grâce à l’élection de Verena Schwander, qui succède à Markus Hartmeier.

La réforme des statuts demandée par le Comité a été amplement débattue. Tout d’abord, il s’agissait d’ancrer dans les statuts le nouveau Conseil Psychothérapie, ce qui a été approuvé par l’AD. Ensuite, la réforme du système de juridiction ainsi que l’introduction de limites de la durée des mandats et de règles de quotas pour les différents organes de la FSP ont été examinées. Ces modifications ont finalement été rejetées. Le Comité reverra sa copie et présentera des propositions adaptées. La réforme du système de juridiction, en particulier, semble incontournable. Mais sa mise en œuvre concrète doit faire l’objet de nouvelles discussions. 

Commentaires

Ajouter un commentaire