Large consensus entre psychiatres, psychothérapeutes et médecins généralistes

Politique professionnelle
Psychothérapie
Fédération
Le 17 octobre, l’Association des psychologues des deux Bâle (PPB) a organisé une table ronde ayant pour thème «Du modèle de la délégation au modèle de la prescription». Les psychiatres, les psychologues, les médecins généralistes et les responsables politiques qui ont pris part aux discussions étaient étonnamment unanimes.

Dès les premiers échanges, il s'avère évident que tous les participants à la discussion sont unanimes: le passage au modèle de la prescription est une nécessité. Guy Morin, médecin généraliste et ancien président du conseil d’Etat du Canton de Bâle-Ville, explique combien ce modèle lui simplifierait le travail. Aujourd'hui, un très grand nombre des patients qu'il reçoit et qui ont besoin d’une psychothérapie ont énormément de difficultés à trouver une place en thérapie qui soit financée par l’assurance de base. Il espère vivement que le modèle de la prescription soit adopté avec une habilitation à prescrire étendue, également pour les médecins de premier recours. Il exprime son incompréhension face à l’attitude négative de la Fédération des médecins suisses (FMH).

Sarah Wyss, députée et présidente de la commission de la santé de Bâle-Ville, lui emboîte le pas: elle souhaite en effet que soit assuré un accès à bas seuil à la psychothérapie et salue la proposition que le Conseil fédéral a faite en ce sens. Yvik Adler, coprésidente de la Fédération Suisse des Psychologues (FSP) et la psychothérapeute Sandrine Burnand partagent elles aussi cette opinion: «J'ai hâte de travailler à l’avenir dans un seul cabinet et de ne plus avoir à refuser autant de patients» déclare ainsi Yvik Adler.

Des commentaires positifs de la part des psychiatres

Les déclarations fort positives d'Alain di Gallo et de Martin Eichhorn sont assez surprenantes compte tenu de l’avis défavorable de leur association et des critiques que différents psychiatres ont exprimées, parfois avec virulence, dans les médias à propos du projet du Conseil fédéral. Pour Martin Eichhorn, qui dirige un cabinet à Bâle en tant que médecin spécialisé en psychiatrie et en psychothérapie, l’offre en la matière est fondamentalement suffisante (du moins dans la ville de Bâle), mais le modèle de la prescription ne s’en impose pas moins. Alain di Gallo, médecin-chef de la clinique psychiatrique pour enfants et adolescents de Bâle, déclare être essentiellement du même avis. Il ajoute cependant que la durée des formations postgrades est trop courte pour l’obtention du titre de spécialisation en psychothérapie et que les directives (p. ex. relatives aux exigences des établissements de formation postgrade) sont insuffisantes. Selon lui, il faut en outre des règles pour éviter une multiplication des traitements inadaptés. Pour le travail avec des enfants et des adolescents, il estime qu’un titre spécifique est nécessaire. Enfin, il considère qu’hormis les psychiatres, seuls les médecins titulaires d’un certificat de capacité correspondant doivent pouvoir établir des prescriptions.

Ce à quoi Yvik Adler répond que la FSP ne s’oppose pas à l’année de pratique supplémentaire prévue par le projet du Conseil fédéral, mais qu’elle est amplement suffisante compte tenu du fait qu’au cours des études de premier cycle, les psychologues en apprennent déjà beaucoup plus sur le psychisme humain que les médecins.

Tous les participants ont souligné à maintes reprises que la collaboration entre psychiatres, psychothérapeutes et soignants fonctionne à souhait et que l’intérêt des patients exige qu’il continue à en être ainsi. A cet égard, la bonne ambiance lors de cette rencontre et le large consensus entre les participants à la discussion n'ont laissé aucun doute sur le fait que cela continuera d'être le cas.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Each email address will be obfuscated in a human readable fashion or, if JavaScript is enabled, replaced with a spam resistent clickable link. Email addresses will get the default web form unless specified. If replacement text (a persons name) is required a webform is also required. Separate each part with the "|" pipe symbol. Replace spaces in names with "_".