Les droits des minorités

Fédération
Les contacts avec des personnes issues d’autres groupes influent-ils sur le niveau d’engagement en faveur de la justice sociale ?

Des hétérosexuels entretenant des contacts avec des homosexuels militent-ils par exemple pour les droits de ces derniers ? Une équipe de recherche de l’Université de Zurich vient de répondre à ces questions par l’affirmative. Selon une récente étude, tout individu qui, dans son voisinage, au travail ou dans son cercle d’amis, a de bonnes relations avec des personnes homosexuelles est plus disposé à participer à des manifestations ou à voter contre la discrimination. En collaboration avec plus de 40 chercheurs, la psychologue sociale Tabea Hässler a interrogé près de 13 000 personnes dans 69 pays, issues aussi bien de groupes socialement privilégiés que de catégories de population défavorisées.

Le phénomène inverse s’observe également : lorsqu’ils ont des amis ou des connaissances dans des groupes privilégiés, les membres des groupes défavorisés s’engagent moins pour améliorer leur propre situation. « Ainsi,les migrants ayant beaucoup d’interactions avec des habitants de leur pays d’accueil sont moins conscients de leur situation défavorable », écrit l’auteure principale. Elle y voit l’une des raisons pour lesquelles celles-ci s’investissent parfois moins dans la lutte contre les inégalités sociales.

Étude

Hässler, T., Ullrich, J., Bernardino, M., Shnabel, N., Van Laar, C., Valdenegro, D., ...Mugnol, L. (2020). A large-scale test of the
link between intergroup contact and support for social change. Nature Human Behaviour. doi: 10.1038/s41562-019-0815-z

Commentaires

Ajouter un commentaire