Les psychothérapeutes saluent la nouvelle réglementation – seule la durée de la thérapie suscite des réserves

Politique professionnelle
Communiqués de presse
Psychothérapie
Fédération
Les psychothérapeutes approuvent la proposition du Conseil fédéral concernant la nouvelle réglementation de la psychothérapie effectuée par des psychologues. Cette modification contribue à éliminer les problèmes de prise en charge qui existent dans les régions rurales et chez les enfants et les adolescents. Les psychothérapeutes émettent toutefois des réserves concernant la limitation de la durée de la thérapie à quinze séances, ce qui est insuffisant.

Le Conseil fédéral propose que les psychothérapies effectuées par des psychologues-psychothérapeutes soient à l’avenir remboursées par l’assurance de base, à condition d’avoir été prescrites par un médecin. Pour l’instant, l’assurance de base ne prend en charge ces coûts que si la prestation est fournie sous la supervision d’un médecin. 

Les associations professionnelles FSP, ASP et SBAP, qui représentent les psychologues-psychothérapeutes, accueillent très favorablement cette mesure attendue depuis longtemps. «Le passage du modèle de la délégation à celui de la prescription améliore nettement l’accès à la psychothérapie. Cela profitera aux patients qui, actuellement, doivent faire face à de très longs délais d’attente, avec parfois de lourdes conséquences», déclare Yvik Adler, coprésidente de la Fédération Suisse des Psychologues (FSP).  

Quinze séances, c’est insuffisant!

Les associations émettent cependant aussi certaines réserves. Elles les ont exprimées dans la prise de position sur le projet du Conseil fédéral, qu’elles ont remise dans le cadre de la procédure de consultation. Elles sont surtout préoccupées par la disposition selon laquelle une prescription ne peut valoir que pour quinze séances. Cela signifie qu’à l’issue de ces quinze séances, il faudrait reprendre rendez-vous avec un médecin afin d’obtenir une deuxième prescription pour quinze séances sup-plémentaires. «Cette pratique générerait une charge administrative inutile», explique Gabriela Rüttimann, présidente de l’Association Suisse des Psychothérapeutes (ASP). «Quinze séances suffisent rarement, surtout lorsqu’il s’agit d’enfants ou d’adolescents pour lesquels il est souvent nécessaire de mener des évaluations approfondies auprès de l’entourage.»  

Les experts sont également opposés à la proposition selon laquelle un rapport devra être adressé au médecin-conseil de la caisse-maladie suite à 30 séances seulement, afin de pouvoir poursuivre la thérapie. Aujourd’hui, un tel rapport ne doit être rédigé qu’après 40 séances. Une durée qui, d’après Christoph Adrian Schneider, président de l’Association Professionnelle Suisse de Psychologie Appliquée (SBAP), a fait ses preuves. «Cette modification, ainsi que la limitation de la durée des séances à 60 minutes, n’apportent aucune valeur ajoutée. Elles ne font qu’alourdir la charge de travail pour le psychothérapeute traitant, le médecin délégant et les caisses-maladie.» 

Une mise en vigueur rapide est espérée

Malgré ces réserves, les psychothérapeutes sont globalement satisfaits de la nouvelle réglementation. Stephan Wenger, coprésident de la FSP, déclare: «Nous revendiquons cette nouvelle réglementation depuis longtemps et nous réjouissons de cette avancée pour les personnes souffrant de troubles psychiques. Avec cette mesure, le Conseil fédéral fait preuve de courage et montre qu’il se préoccupe réellement de la santé psychique.» À présent, la dernière étape doit être franchie: la mise en vigueur de la nouvelle réglementation. Les associations professionnelles s’engageront ensemble pour que la modification de l’ordonnance, avec les ajustements qu’elles estiment nécessaires, soit mise en œuvre dès que possible. 

Documents:

Informations complémentaires:

Service presse de la FSP, 031 388 88 48, media [at] fsp.psychologie.ch

Commentaires

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
  • Each email address will be obfuscated in a human readable fashion or, if JavaScript is enabled, replaced with a spam resistent clickable link. Email addresses will get the default web form unless specified. If replacement text (a persons name) is required a webform is also required. Separate each part with the "|" pipe symbol. Replace spaces in names with "_".