04.10.2018 / actualisation: 11.10.2018

Exemple pratique: entraide pour proches après un suicide

En 2014, 754 hommes et 275 femmes ont perdu la vie en Suisse à la suite d'un suicide non assisté, ce qui correspond à deux à trois suicides par jour. Ces personnes laissent derrière elles des proches et des amis avec beaucoup de peine et de questions. Depuis 2015, le groupe d'entraide bâlois "Suizid-Hinterbliebene" agit sous la tutelle du Zentrum für Selbsthilfe, service spécialisé en matière d'entraide dans la région de Bâle.

A Bâle, le groupe d'entraide pour proches après un suicide est un lieu où des personnes peuvent échanger et se soutenir mutuellement. De tels groupes constituent un précieux complément aux offres de la psychiatrie, de la psychologie, du travail social et de l'activité pastorale.

Dans le cadre de son projet "Suicide - et après?", le groupe bâlois a élaboré un site Web et une brochure. Il partage ainsi son expérience et ses connaissances avec des personnes concernées, des professionnels et d'autres intéressés.

Les Chambres fédérales ont chargé la Confédération et les cantons d'élaborer le plan d'action "Prévention du suicide" en collaboration avec la fondation Promotion Santé Suisse. De nombreux acteurs du système de santé et d'autres secteurs de la société y ont également participé. La prévention du suicide est une responsabilité qui concerne l'ensemble de la société. Le plan d'action offre aux acteurs un cadre commun d'orientation et d'action.

Son objectif numéro 7 est de soutenir les personnes ayant perdu un proche et les groupes concernés professionnellement par cette thématique. L'offre "Suicide - et après?" du groupe d'entraide bâlois y contribue.

Liens: