29.10.2018 / actualisation: 16.11.2018

La santé au travail. Les entreprises face à une mission de taille

Le dernier numéro de Psychoscope s'intéresse à comment préserver la santé mentale, un enjeu majeur pour les entreprises.

Editorial de Aurélie Faesch-Despont, publié dans Psychoscope 6/2018

Les Helvètes passent en moyenne 42,5 années de leur vie à travailler. Selon les données de l’agence
européenne de statistiques Eurostat, seuls les Islandais font mieux, avec 47 ans. Mais ne croyez
pas que nous y consacrons aujourd’hui plus de temps que nos ancêtres. Au cours du XXe siècle, le
temps moyen passé au travail serait même tombé de 40 % à 12 %. Ces chiffres, avancés dans plusieurs médias par le sociologue français Jean Viard, pointent du doigt une réalité : avec le rallongement de la durée des études, l’accroissement de l’espérance de vie et l’amélioration des lois en matière de congés, la part concrète occupée par le travail dans notre existence a fondu au fil du temps.

Cette diminution ne veut toutefois pas dire que le travail occupe moins nos esprits. Au contraire. Un rythme intensifié, des exigences renforcées, une flexibilité imposée... De nombreux employés se retrouvent aujourd’hui à courir après ce précieux temps, essayant tant bien que mal de trouver un
équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Si bien que, d’après le « Job Stress Index 2016 » de  Promotion Santé Suisse, un quart des personnes actives en Suisse indiquent ne pas avoir assez de ressources pour faire face aux pressions sur leur lieu de travail.

Quelque chose ne tourne pas rond. Même dans un monde en pleine mutation, cette dichotomie entre santé et travail n’a pas lieu d’être. En avant-goût du colloque organisé fin novembre à Berne par la FSP, les auteurs de ce numéro de Psychoscope partagent leurs recherches, leurs conseils et leurs réflexions pour garder la santé au travail. Et montrent qu’avec un peu de bienveillance et de bonne volonté, tout le monde peut y gagner. Employeurs comme employés.

Liens