Autorisation d’exercer et autres tâches relevant des cantons

Les cantons continuent à jouer un rôle important même après l'entrée en vigueur de la Loi sur les professions de la psychologie (LPsy). Ils attribuent les autorisations nécessaires à l'exercice des différentes activités relevant de la psychologie, assurent la surveillance des professions de la santé et sont compétents pour décider de la levée du secret professionnel.

L'octroi de l'autorisation de pratiquer reste une compétence cantonale. Attention : en vertu de la LPsy, l'exercice de l'activité de psychothérapeute indépendant est soumis à l'obtention d'une autorisation de pratiquer dans tous les cantons. Cliquez ici pour connaître les exigences à remplir dans tous les cantons (Mémento sur les autorisations de pratiquer).

Les cantons sont libres de soumettre d'autres activités relevant de la psychologie à l'obtention d'autorisations (neuropsychologie ou ouverture d'un cabinet de psychologie).

Cliquez ici (Adresses de contacts cantonales pour les autorisations de pratiquer) pour obtenir les coordonnées du service auprès duquel la demande doit être formulée ou qui pourra vous informer sur les exigences applicables dans le canton concerné.

Surveillance des professions de la santé

La surveillance des professions de la santé relève de la compétence des cantons. Ainsi, en cas de doute sur les méthodes thérapeutiques d'un psychothérapeute ou sur le contenu du site Internet d'un psychologue de la circulation, il est possible d'en informer le canton, voire de déposer une plainte auprès de l'autorité de surveillance.

Levée du secret professionnel

Il arrive qu'un psychologue soumis au secret professionnel soit confronté à une situation qui l'amène à violer ce secret pour protéger son patient de lui-même ou encore pour fournir des informations à une autorité officielle. Dans ce cas, le service cantonal compétent peut décider de lever le secret professionnel. Très souvent, le médecin cantonal est habilité à le faire.

Cliquez ici pour obtenir la liste des services cantonaux compétents.