Prise de position : le service de renseignement ne doit pas non plus entamer le secret professionnel

Fédération
Le service de renseignement veut pouvoir demander dans certains cas des informations confidentielles à des psychothérapeutes, des médecins, des avocats ou des psychiatres. La FSP s'oppose fermement à une modification de la loi dans ce sens.

La révision de la loi sur le renseignement contient quelques nouveautés qui concernent entre autres le secret professionnel dans les professions de la santé.

Dans le domaine de la psychothérapie, la relation de confiance illimitée joue un rôle déterminant pour le succès de la thérapie et ne doit donc en aucun cas être supprimée, même pour des considérations de principe. 

Aujourd'hui déjà, les professionnels de la santé ont la possibilité, en présence de raisons importantes, de se faire délier du secret professionnel par l'autorité cantonale compétente et de signaler des indices décisifs.

Stellungnahme der FSP zur Änderung des Nachrichtendienstgesetzes

Commentaires

Les commentaires ont pour objectif d’ouvrir un dialogue constructif, ainsi que de favoriser la formation de l’opinion et le débat d’idées. La FSP se réserve le droit de supprimer tous les commentaires qui ne répondent pas à ces objectifs.

Ajouter un commentaire