Qui consomme moins, optimise son bien-être

Joël Frei
Recherche
Fédération
Quelle est l’influence du comportement de consommation sur notre bien-être?

Selon une étude de l’Université d’Arizona, aux États-Unis, les individus qui consomment moins sont plus heureux que ceux ayant une attitude matérialiste. 

L’équipe de recherche dirigée par la professeure d’économie Sabrina Helm s’est concentrée sur deux types de comportements. Premièrement, l’« achat vert » : un mode de consommation ayant un faible impact sur l’environnement, par exemple grâce à l’acquisition d’articles recyclés. ­Deuxièmement, un comportement consistant à réduire sa consommation, par exemple en réparant ou en réutilisant des objets.

Pour cette étude, les chercheurs se sont appuyés sur les données d’une enquête en ligne. Près de 1000 étudiantes et étudiants américains ont fourni des informations sur leur degré de matérialisme, leurs habitudes d’épargne, leur conscience environnementale, leur bien-être personnel, leur satisfaction générale et financière, ainsi que leurs problèmes psychiques.

Sans grande surprise, les résultats ont révélé que les personnes ayant une attitude matérialiste se montraient moins prêtes à réduire leur consommation. Celles-ci avaient cependant tendance à « acheter vert ». Preuve pour Sabrina Helm qu’il existe des « matérialistes verts » : « Les personnes achetant des produits durables peuvent ainsi concrétiser leurs valeurs matérialistes. »

Néanmoins, pour ce comportement de consommation, aucun effet positif sur le bien-être n’a été constaté. Les étudiantes et les étudiants qui consommaient moins, en revanche, ont indiqué ressentir un bien-être personnel accru et avoir moins de problèmes psychiques. « La clé est de consommer moins et de ne pas se contenter d’acheter vert. Posséder et acheter moins peut nous rendre plus heureux », conclut l’auteure de l’étude.

Etude

Helm, S., Serido, J., Ahn, S.Y., Ligon, V., & Shim, S.(2019). Materialist values, financial and pro-environmental behaviors, and well-being. Young Consumers. doi: 10.1108/YC-10-2018-0867

Commentaires

Ajouter un commentaire