Soutien au modèle de prescription

Politique professionnelle
Psychothérapie
Fédération
Suite à l’approbation par la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national (CSSS-N) du passage au modèle de prescription dans le domaine des psychothérapies ambulatoires pratiquées par des psychologues, son homologue du Conseil des États (CSSS-E) lui emboîte le pas et approuve également la mise en place de ce modèle.

La FSP se félicite de ce soutien de la part du Conseil des États. Toutefois, elle ne comprend pas pourquoi la CSSS-E entend limiter l’autorisation de prescription aux médecins de famille «disposant de la formation complémentaire adéquate». Une telle limitation provoquerait à nouveau un goulot d’étranglement qui compliquerait l’accès à la psychothérapie. Cela irait à l’encontre de l’objectif du Conseil fédéral, qui est d’améliorer l’accès à la psychothérapie ambulatoire, car le nombre de médecins de famille disposant de cette formation complémentaire est insuffisant. La FSP juge donc indispensable que l’autorisation de prescription soit donnée au sens large, comme cela était prévu dans le projet du Conseil fédéral. La formation complémentaire souhaitée par la CSSS-E n’est en outre pas nécessaire. Les médecins de famille et de l’enfance sont parfaitement capables de détecter si un patient ou une patiente a besoin d’un traitement psychothérapeutique. Ils le démontrent déjà au quotidien.

Commentaires

Ajouter un commentaire