Traitement des informations - l’influence de la langue parlée

Aurélie Faesch-Despont
Recherche
Fédération
Les linguistes débattent depuis longtemps de l’influence de la langue sur la façon de penser. Une nouvelle étude montre que l’ordre des mots d’une langue prédit à quel point ses locuteurs se souviennent bien des premières ou des dernières parties d’une liste.

Des chercheurs allemands ont effectué des tâches de mémoire avec des locuteurs de huit langues différentes. Dans des langues comme le japonais et le coréen, par exemple, les informations complémentaires précèdent habituellement la partie la plus importante de la phrase, et la compréhension des phrases dépend donc plus fortement de la conservation des informations initiales en mémoire de travail.

Leurs résultats montrent que, dans les tâches de mémoire de travail, ces locuteurs sont meilleurs que les autres pour se souvenir des stimuli initiaux, et moins bons pour se souvenir des stimuli finaux. Les caractéristiques spécifiques d’une langue semblent donc prédire non seulement la façon dont nous percevons et conceptualisons le monde, mais aussi la façon dont nous traitons, stockons et extrayons l’information. Reste à voir si ces résultats peuvent être reproduits sur un échantillon plus large.

Etude

Amici, F., Sánchez-Amaro, A., Sebastián-­Enesco, C., Cacchione, T., Allritz, M., Salazar-Bonet, J., & Rossano, F. (2019). The word order of languages predicts native speakers’ working memory. Scientific Reports, 9(1124).