La peur est mauvaise conseillère

Aurélie Deschenaux
Fédération
Décodage

Une équipe de recherche américaine  a équipé des volontaires d’électrodes délivrant des chocs désagréables. Chaque essai débutait par l’annonce de la force du choc à venir, ainsi que de la durée d’attente jusqu’à ce que celui-ci ait lieu – allant d’une à trente secondes. Pour beaucoup, l’attente s’est avérée plus difficile à supporter que le choc en soi. À tel point qu’une partie des volontaires a accepté le marché suivant : recevoir un choc plus fort que celui prévu, mais immédiatement. Absurde ?

Lors d’une situation angoissante, une grande partie du cerveau est déjà mobilisée par le stress. La prise de décisions rationnelles est alors mise à mal. Le neuroscientifique Gregory Berns, qui a dirigé l’expérience relatée plus haut, explique pourquoi : « Lorsque le cerveau est occupé à gérer une peur, les fonctions exploratoires et la disposition à prendre des risques se désactivent, empêchant la personne d’évaluer toutes les options s’offrant à elle et de prendre des décisions éclairées.»

La peur appartient aux émotions universelles. Nous pouvons distinguer les peurs planétaires (guerres, réchauffement climatique, terrorisme) des peurs personnelles (perdre son emploi, être seul, prendre des risques lors de choix de vie). La liste est infinie ; il semblerait que nous n’ayons jamais été aussi anxieux qu’aujourd’hui.

Mais alors, quelle relation entretenir avec cette composante vicieuse, qui freine celui qu’elle traverse et induit en erreur en altérant le jugement ? La peur est mauvaise conseillère et, pourtant, elle conditionne nos vies. Elle nous empêche de vivre de nombreuses expériences. Elle nous pousse à nous mentir à nous-même, à user de prétextes fallacieux pour ne pas entreprendre ce que nous voulons. Pour reprendre le contrôle face à ses peurs, il faut commencer par apprendre à identifier les situations dans lesquelles elles apparaissent. Car une fois la peur démasquée, nous sommes à nouveau libres de ne pas la laisser commander nos décisions.

Finie, la suprématie du  scénario-catastrophe. Au lieu de rester tétanisés par la peur, n’oublions pas d’accorder aussi leur juste valeur aux retombées positives de nos décisions. Il peut également être bénéfique d’anticiper et de préparer des check-lists qu’il suffira de suivre lors d’une situation de stress, à l’instar des pilotes devant faire face à un problème technique, avec quelque 500 passagers à bord. Ne laissons pas la peur empiéter sur notre liberté et mal nous conseiller.

Connaissez-vous une expression que vous souhaitez éclairer à la lumière de la psychologie? Envoyez-la nous à redaction [at] fsp.psychologie.ch

Commenti

Aggiungi un commento

Testo semplice

  • Nessun tag HTML consentito.
  • Linee e paragrafi vanno a capo automaticamente.
  • Indirizzi web ed indirizzi e-mail diventano automaticamente dei link.
  • Each email address will be obfuscated in a human readable fashion or, if JavaScript is enabled, replaced with a spam resistent clickable link. Email addresses will get the default web form unless specified. If replacement text (a persons name) is required a webform is also required. Separate each part with the "|" pipe symbol. Replace spaces in names with "_".