Vrai ou faux? L’importance de la formulation

Recherche
Fédération
Une équipe de recherche de la Faculté de psychologie de l’Université de Bâle a étudié les processus d’évaluation de la vérité.

Les participantes et les participants ont pour ce faire été invités à juger différentes informations et à dire s’ils les considéraient comme vraies ou fausses. La manière dont une affirmation est formulée joue un rôle important dans l’évaluation de sa véracité. Les déclarations négatives sont plus facilement considérées comme véridiques que les déclarations positives, un effet connu dans la littérature sous le nom de « biais de négativité ».

Dans cette étude, publiée dans la revue Social Cognition, l’équipe de recherche est allée plus loin et a fait la distinction entre le concept et la négation. Les concepts se basent sur des valeurs et peuvent donc être positifs ou négatifs selon la norme à laquelle on se réfère. Être satisfait de sa propre apparence est ainsi considéré comme quelque chose de souhaitable et donc de positif, tandis que l’insatisfaction est jugée négative. En mettant l’accent plutôt sur l’aspect positif ou négatif d’un concept, il est possible de générer un énoncé soit positif soit négatif, bien qu’il porte sur la même chose. Par exemple : « 39 % des femmes allemandes sont satisfaites de leur apparence » ou « 61 % sont insatisfaites de leur apparence ». On peut aussi formuler un énoncé négatif en utilisant la négation. L’affirmation positive « 39 % des femmes allemandes sont satisfaites de leur apparence » s’oppose ainsi à l’affirmation négative « 61 % ne sont pas satisfaites de leur apparence ». « Les études montrent qu’une déclaration a plus tendance à être jugée comme véridique lorsqu’elle est formulée de façon négative », résume Mariela Jaffé, coauteure de l’étude. Il semble que cela soit particulièrement vrai lorsque les phrases incluent une négation, à savoir lorsqu’on utilise « pas satisfaites » plutôt que « insatisfaites ».

Pourquoi ? « Il se pourrait qu’en raison de notre perception subjective des choses, un énoncé négatif soit associé et applicable à un plus grand nombre d’états. » En d’autres termes, une personne peut sans doute plus facilement être insatisfaite que satisfaite. Raison pour laquelle les affirmations négatives peuvent sembler plus plausibles. Selon l’équipe de recherche, ces résultats peuvent sensibiliser le public à ce qui influence les jugements de vérité et au rôle que jouent les négations.

Jaffé, M. E., & Greifeneder, R. (2021). Negative or negated, thus true? An investigation of concept valance and semantic negation as drivers of framing effects in judgement of truth. Social ­Cognition, 39. doi: 10.1521/soco.2021.39.6.687

Commenti

I commenti mirano ad avviare un dialogo costruttivo, favorire la formazione dell’opinione e lo scambio di idee. La FSP si riserva il diritto di rimuovere i commenti che non rispondono a questi obiettivi.

Aggiungi un commento